Jacques Herrmann

Dans sa pratique, Jacques Herrmann entend susciter une expérience autant spatiale, physique qu’optique.

Ses recherches plastiques, mis à part quelques travaux spécifiques, tendent à abolir les frontières entre la peinture, la sculpture et l’architecture. Ainsi, ses œuvres convoquent le corps et l’esprit par l’usage d’éléments physiques et rétiniens. Intimement liés, la géométrie et l’espace placent le vivant au cœur de sa démarche à travers laquelle l’artiste interroge les facultés visuelles et physique.

L’implication du corps et son engagement spatial face à l’œuvre permettent une expérience de la troisième dimension, du temps et de l’espace, dans lequel l’individu se trouve en mouvement. Que l’œuvre nécessite un temps d’adaptation ou que le contact soit immédiat, elle engage automatiquement une relation avec le spectateur. C’est dans un entre-deux, produit entre le spectateur et l’œuvre, là où la vision est provoquée et la pupille excitée, que la perception visuelle et l’entièreté du corps sont convoqués dans un lieu commun où, comme le dit Maurice Merleau-Ponty : « la vision est la rencontre, comme à un carrefour, de tous les aspects de l’Être. »

Impasse, peinture acrylique murale + lumière noire, 9 x 3.80 m, 2015

Fléchés, acrylique sur bois, 220 x 22 x 2.2 cm, 2019